Collection des Histoires de 

FEERIE & FICTION

PRINCESSES

LES CONTES DE PRINCES ET PRINCESSES

 

Les contes de fées possèdent toujours, d’une façon ou d’une autre, au moins un personnage issu de la royauté ; l’intrigue tourne généralement autour du roi, de la reine et de leurs enfants ou héritiers à savoir les princes et princesses. 

 

Les princes et les princesses serait-ils parfaits ? L’idée de perfection aussi subjective qu’idéalisée peut influencer le mode de vie des jeunes filles et garçons qui voient à travers ces contes leur vie idéalisée. 

 

Des descriptions incitant la création de normes de vie se basant sur un schéma typique : l’enfance, la jeunesse, le mariage et la famille. Cet ordre ne peut ne pas être ; le lecteur est témoin de la transformation de la jeune fille en femme, épouse puis mère. Le Prince est celui qui vient dérober un baiser, brisant son innocence et la rendant donc épouse. Le schéma de la vie d’une princesse n’est autre qu’un reflet du schéma exigé pour la vie d’une jeune fille. Le mariage est ainsi considéré comme l’achèvement de la jeunesse, de l’innocence et le commencement d’une nouvelle vie, à priori perçue comme plus heureuse.

 

D’une manière plus générale et dans la vraie vie, le statut de princesse possède une caractéristique quasi-divine et sacrée comme c’est le cas par exemple avec la famille royale en Angleterre. Devenir une Princesse  est un « un rêve de petite fille ». La jeune fille d’apparence ordinaire a trouvé son Prince, elle incarne donc pour toutes les petites filles la version réelle des princesses de contes.

Nombreuses sont les personnes employant l’expression « trouver son prince charmant ». Quelque chose de relativement symptomatique puisque cela signifie que même l’idée de l’amour est conditionnée par les histoires de princesses. Rien ne définit dans les contes le portrait du prince excepté sa supposée beauté ; la princesse ne peut que tomber sous son charme et accepter ses avances.

 

Les histoires de princesse influencent l’idée même de l’amour et dès lors imposent un certain comportement rendant la jeune fille ou la femme passive, à attendre son prince qui viendra la secourir d’un danger ou de la délivrer de son ennui. Aucune histoire ne se contente d’une princesse seule. Le prince est un élément indispensable à l’aboutissement de l’histoire puisqu’il vient secourir d’une façon ou d’une autre la princesse. Nous sommes ainsi témoins d’une épopée princière. Le Prince part à l’aventure, se bat afin de récupérer son bien qui lui est dû : la princesse. L’amour est le centre d’intérêt de toutes les intrigues et résulte obligatoirement sur le mariage et les enfants (« ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ») : le conte merveilleux offre un idéal de bonheur et la jeune fille n’a pour but que la procréation. Un peu triste comme destinée mais il s’agit bien entendu, dans ces cas de figures, de contes dits traditionnels qui se devaient de respecter un schéma précis à une époque précise.

 

Les nouvelles princesses ou princesses « modernes » s’adaptent à notre société et nouveaux enjeux notamment celui de l’égalité homme/femme. Dès lors, nombreuses sont les histoires de princesses présentant la jeune fille en tant que guerrière comme Mulan, cherchant à s’affranchir de l’image de la traditionnelle princesse, où bien des princesses ne cherchant pas nécessairement un prince comme "le fils de l'arbre et la déesse toute neuve".

 

Le Prince quant à lui ne parvient plus aussi facilement à séduire la princesse, celle-ci étant tout aussi épanouie en restant seule. La jeune fille n’est plus passive mais active, elle veut partir à l’aventure et ne pas se marier avec le premier prince qu’elle rencontre ; rompant ainsi le schéma précédemment expliqué. La jeune fille devient parfaite à sa façon et non pas à travers un modèle.

VISITEURS

ADMIN  |  © 2001-2020  |  CONCEPTION DU SITE MARIEKLUNA CONTACT | CGUV