Collection des Histoires de 

FEERIE & FICTION

FEES

LES CONTES DE FÉES ET LES ÉLÉMENTAUX

 

Bien que la dénomination « conte » ou « histoire » suggère qu’il s'agit de fictions, les contes de fées, s'ils sont authentiques, n'ont rien à voir avec les récits de notre langue. La plupart n'ont que très peu de rapports avec les fées.

 

Les contes de fées décrivent la nature humaine dans sa totalité et présentent un intérêt universel. Ils contiennent en général bien plus de sens qu'il n’y parait. Des fragments de croyances très anciennes et des faits spirituels y sont décrits sous une forme imaginative dont la signification est perdue.

 

Contes de Fées, en allemand « Märchen »,  « Mär » possède le sens de « communiqué ». Cette conception est plus proche de la signification et du contenu. Mais que nous enseignent en fait ces « communiqués » ?

 

La réalité des contes de fées repose sur le fait qu’ils décrivent des expériences de l'âme, des vérités cosmiques, tous les processus du développement individuel, l'intégralité du monde élémentaire, toute la sagesse populaire et les imaginations cosmiques. Ces « communications » ne sont pas transcrites en langage conceptuel, mais en tableaux imaginatifs. Tout un univers de connaissances spirituelles scientifiques est présent dans ces récits.

 

L'arrivée du rationalisme intellectuel, par sa grande influence, va délaisser les contes de fées au profit d'analyses et d'explications scientifiques et matérialistes. La science s'octroie les pleins pouvoirs et se propose de résoudre toutes les énigmes de l'existence, ne laissant plus aucune place aux "stupides histoires de fées », clairement trop éloignées du monde réel, et déclarées nocives...

 

Pourtant , à une époque moins lointaine, les gens étaient conscients des êtres de la nature, des esprits élémentaires tels que les gnomes et les lutins. Dans des régions reculées du monde, c’est toujours le cas. Les êtres de la nature sont intimement connectés avec nous-mêmes. Ils peuvent nous aider ou nous entraver, selon nos actes et nos attitudes. Ils sont réels, mais ne sont pas physiques et cette réalité leur confère une place légitime dans les contes de fées. Dans ces histoires, sous la forme où nous les connaissons aujourd'hui, il faut tenir compte d’erreurs.

 

Alors, penchons-nous sur quelques-uns des personnages et des événements les plus populaires des contes. Partout, nous rencontrons un Roi et ce que le Roi fait est important pour tout le monde. Sa couronne représente l’aura, à savoir ses relations avec le monde spirituel. Il est celui qui sait, qui possède aussi la maîtrise de soi. Le vieux Roi est celui qui possède d’anciennes forces suprasensibles. Le nouveau Roi annonce un nouvel âge. La mort d'un Roi marque la fin d'une époque. Devenir Roi signifie trouver son Moi, ou la réalisation d'une connaissance supérieure.

 

Tout au long des contes, on retrouve le thème du Prince et de la Princesse. Un tel thème pointe souvent vers l'avenir. L'homme a un Moi inférieur et un Moi supérieur. De par sa propre volonté libre, il doit rechercher le Moi plus élevé. Une partie de notre être est incarnée, l’autre moitié vit toujours dans les hauteurs. L’éveil de la conscience suprasensible est le résultat de l’union avec son propre être véritable. Le chemin vers le Soi Supérieur et le Royaume (de Dieu ou le monde spirituel) se réalise au travers d’épreuves et de tribulations.

 

La figure de la mère représente le monde divin ou le sentiment dans les profondeurs de l'âme. La belle mère est le monde terrestre, la connaissance liée aux sens, tandis que la Veuve est celle qui est séparée du monde spirituel, abandonnée par les puissances divines. Dans l’image de l'enfant, nous reconnaissons une nouvelle semence spirituelle. Les Géants, avec leur grande taille, leur puissante force physique et leur bêtise, sont des représentants des anciennes forces ataviques de l'âge de l'Atlantide. Les nains sont l'essence même de l'habileté intellectuelle. Les cheveux d'or représentent d’anciens pouvoirs de la conscience, l'eau de vie est l'intuition spirituelle nouvelle. La forêt est un monde intermédiaire, un état intérieur que le chercheur doit traverser, l'eau est également une transition vers le spirituel.

 

Les différentes professions désignent des qualités diverses. Le tailleur est critique, logique, intelligent, courageux et dans certains cas, frivole. Il dissèque et réorganise. Il représente notre intelligence ou notre Moi inférieur. Son intérêt est dirigé vers le monde physique. Le pêcheur est celui qui peut atteindre les profondeurs pour trouver la nourriture, à savoir le spirituel. Le forestier connaît son chemin dans le monde des hauteurs et le nôtre. Il est le gardien de la connaissance spirituelle, peut-être un initié. L'expérience du monde, l'affirmation de soi, l'autonomie se retrouvent dans la figure du soldat. Il est celui dont le développement intérieur a été renforcé au travers de l’adversité. Le chasseur est celui qui a des connaissances pratiques, qui sait ce qu'il faut faire et qui le fait.

 

En ce qui concerne les animaux, l'agneau ou le mouton représentent les sens ouverts pour le monde spirituel ou de hautes capacités de l'âme. Au contraire de la chèvre, qui, avec sa nature curieuse, est le reflet des sens terrestres. Le bélier est en rapport avec le développement des organes spirituels de la pensée. Le cheval est un symbole de l'intelligence. Lion, taureau et aigle sont connectés avec les forces du sentiment, de la volonté et de la pensée. Le cerf, avec les forces de résurrection. Le loup occupe une place particulière dans les contes de fées. ll est l’image de la cupidité ou de l’obscur durcissement des forces du matérialisme. Le renard prend également de nombreuses apparences. Il est l'essence même de la sournoiserie ou de la ruse, la présence d'esprit, le jugement terrestre. L'ours représente les pensées terre-à-terre, signes d’un esprit lourd.

 

Les oiseaux occupent aussi une place importante, en général, ils représentent des pensées. L’oiseau d'or est la partie immortelle de l'homme. La colombe ou un oiseau blanc représentent la puissance de l'esprit ; le canard, les ailes de l'esprit ; le cygne, le côté céleste de l'être humain.

 

L’abeille transforme la substance végétale abeille en miel, symbole de la transformation des expériences terrestres en sagesse. Elle dépeint l'éveil des pouvoirs de la conscience. De même, la grenouille démontre la capacité de métamorphose et de l’âme humaine à évoluer.

Voila pourquoi les enfants, et ex-enfants devenus grands, aiment les contes de fées ! Leur contenu est une nourriture pour l'âme et ce n'est pas surprenant, compte tenu de ce qu'ils ont à nous révéler comme sagesse.

VISITEURS

ADMIN  |  © 2001-2020  |  CONCEPTION DU SITE MARIEKLUNA CONTACT | CGUV