Cycle : Les Nouveaux Contes de Fées

Madame la comtesse de ségur

contes pour enfants - marieklunaCOMTESSE DE SEGUR.jpg
contes pour enfants - marieklunaCOMTESSE DE SEGUR.jpg

LE BON PETIT HENRI - 

Henri est un jeune garçon de sept ans. Il entreprend un long voyage au sommet d'une montagne pour se procurer la plante de vie qui guérira sa maman. En chemin, Henri fera mille et une rencontres, multipliant actes de bienveillance, de bravoure et de patience, ainsi que de nombreux amis.

00:00 / 05:55

LA FORET DES LILAS 

La forêt des Lilas ? Quel nom merveilleux pour un lieu si redoutable ! Hélas, en y entrant, la jolie princesse Blondine ne se doute pas qu'elle ne pourra en ressortir... Que va-t-elle y trouver ?

A PROPOS DE LA COMTESSE DE SEGUR

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, née Sofia Fiodorovna Rostoptchina (Софья Фёдоровна Ростопчина), est une femme de lettres française d'origine russe.

Elle est la fille du gouverneur de Moscou, Rostopchine, qui, en 1812, mit le feu à la ville pour faire reculer Napoléon.

 

Arrivée en France à l âge de dix-sept ans, elle épouse, trois ans plus tard, le comte de Ségur qui lui donnera huit enfants. Elle commence à écrire à l âge de cinquante-cinq ans, alors qu'elle est déjà grand-mère.

On raconte que la comtesse de Ségur a commencé à se consacrer à la littérature pour enfants quand elle a écrit les contes qu’elle racontait à ses petits-enfants et qu’elle les a regroupés pour former ce qui s’appelle aujourd’hui "Les nouveaux contes de fées".

 

Lors d’une réception, elle lut quelques passages à son ami Louis Veuillot. C’est ce dernier qui réussira à faire publier l’œuvre chez Hachette.

D'autres historiens racontent que son mari aurait rencontré dans un train Louis Hachette qui cherchait alors de la littérature pour distraire les enfants. Eugène de Ségur, alors Président des Chemins de fer de l’Est, accorde à Louis Hachette le monopole de la vente dans les gares de livres pour enfants, lui parla alors des dons de sa femme et la présente à l’éditeur quelque temps plus tard. Celle-ci signe son premier contrat en octobre 1855 pour seulement 1 000 francs pour la nouvelle collection de la « Bibliothèque des Chemins de Fer », reliée en percaline bleu foncé, qui deviendra rose pour la comtesse, avec des ornementations couleur or.

 

Le succès de ce premier ouvrage l’encourage à composer un ouvrage pour chacun de ses autres petits-enfants. Elle obtient son émancipation financière en obtenant que ses droits d'auteur lui soient directement reversés et discute plus fermement de ses droits d'auteur lorsque son mari lui coupe les fonds.

En 1866, elle devient tertiaire franciscaine, sous le nom de sœur Marie-Françoise, mais continue à écrire. Son veuvage et l'effondrement consécutif des ventes de ses livres l’oblige à vendre Les Nouettes en 1872 et à se retirer à Paris, au 27, rue Casimir-Périer, à partir de 1873.

Elle meurt à cette adresse à 75 ans, entourée de ses enfants et petits-enfants. Elle est inhumée à Pluneret (Morbihan).  

À PROPOS DE

MARIE K. LUNA

À travers sa voix, ses textes, ses illustrations, ses livres et les auteurs qu'elle affectionne, Marie K. Luna raconte l’amour, la joie, le merveilleux et le partage. Elle accompagne avec bienveillance et en conscience, les grandes questions existentielles que peuvent se poser les enfants et les parents. Depuis son travail de mots, de voix et d’images, elle dépose l’amour, le respect et de l’authenticité, au jardin du monde.

CONTACT

VISITEURS

2001-2020      |  🌸 Marie K. lunA 🌸  |      © Site Officiel